La Libre | Les « techno-entrepreneurs » wallons se jouent de la crise du coronavirus